L’École partenaire du projet ERC Synergy Grant "NanoBubbles"

13 novembre 2020

L’ERC, European Research Council, vient de dévoiler la liste de ses lauréats ERC Synergy Grant. Ce prix récompense des projets européens scientifiques présentés par des équipes multidisciplinaires. Parmi eux, figure le projet 'NanoBubbles' ou "comment, quand et pourquoi la science ne parvient-elle pas à s’auto-corriger ?" dans lequel l’École des Ponts ParisTech est partenaire. Porté par les Universités de Paris Sorbonne Nord, de Maastricht, de Grenoble-Alpes et de Radboud, NanoBubbles est l’un des 34 lauréats récompensés parmi 440 projets soumis à travers toute l’Europe et bénéficiera d’une dotation de 8,3 millions d'euros.

La science est théoriquement une entreprise auto-correctrice, cependant, dans la pratique, il est souvent difficile de revenir sur des affirmations incorrectes ou exagérées ayant fait l’objet d’une publication. Pour comprendre comment fonctionne ou échoue la correction de la science, le projet NanoBubbles combine des approches issues des sciences naturelles, de l'ingénierie et des sciences humaines et sociales. Le projet se concentre sur la nanobiologie, un domaine hautement interdisciplinaire fondé autour de l'an 2000 et qui a déjà connu de multiples épisodes marqués par des affirmations exagérées ou erronées. Le projet NanoBubbles examinera trois de ces “bulles” et étudiera la circulation des revendications et des contre-revendications au fur et à mesure qu'elles se diffusent dans les laboratoires, les conférences, les revues scientifiques, les preprints ou encore les plateformes d’échanges scientifiques.

L’École des Ponts ParisTech est partie prenante de ce projet avec un partenariat porté par Frédérique Bordignon, documentaliste et linguiste. Elle participera à l’élaboration des corpus, à l’explicitation d’un vocabulaire commun partagé et la création d’une ontologie, à l’analyse automatique de textes et aux études scientométriques. Elle poursuivra également les travaux initiés dans le cadre du projet Cita&Re (exploratoire I-Site) qu’elle co-porte et qui doit permettre d’améliorer la détection automatique des citations négatives, notamment celles à l’égard des publications rétractées pour déterminer si elles sont davantage contredites dans la littérature.

NanoBubbles visera en particulier à susciter un dialogue au sein de la communauté de la nanobiologie. Les conclusions pourraient également s'appliquer à d'autres nouveaux domaines interdisciplinaires tels que la biologie synthétique ou l'intelligence artificielle.

Au-delà, et d'une façon générale, le projet contribuera aux travaux portant sur l’intégrité scientifique à laquelle l'École des Ponts ParisTech est attachée. Il s’agit en effet non seulement de donner du crédit à la production scientifique, mais également d’assurer un rapport de confiance entre elle, ses chercheurs et la société.

 

► Pour en savoir plus : suivre le compte Twitter du projet NanoBubbles